L’association Émeraude en Musique est heureuse de vous présenter

RICORDANZA

la troisième édition du festival
JEUX de VAGUES
En hommage à Vladimir Jankélévitch (1903-1985)

On peut, après tout, vivre sans le je-ne-sais-quoi, comme on peut vivre sans philosophie, sans musique, sans joie et sans amour. Mais pas si bien.
La musique qui me touche est essentiellement Ricordanza, réminiscence et nostalgie, elle est pour moi la forme par excellence de la modernité ; et l’un des éléments de cette modernité, c’est paradoxalement la nostalgie. C’est surtout à partir de Chopin que la musique exalte à l’extrême le parfum inexprimable des souvenirs, le parfum impérissable des choses périssables, et qu’elle choisit pour objet privilégié l’évènement fugitif et irréversible.

Ces propos tenus par Vladimir Jankélévitch, philosophe, musicologue et musicien, auquel nous rendrons hommage en 2019 s’inscrivent dans le prolongement de l’édition 2018 consacrée aux compositeurs ayant accompagné Marcel Proust dans son écriture.

Pour l’un comme pour l’autre, la musique, c’est le Temps retrouvé. La conquête du temps ou sa reconquête, dans lesquelles la musique joue un rôle essentiel, sont associées à une certaine forme de jouissance de l’instant présent. Cette attention aux moments primultimes de la vie quotidienne se retrouve exacerbée dans les sensations éprouvées lors d’un concert. La musique apporte aux différents moments de l’existence, un je-ne-sais-quoi, un presque-rien… une valeur ajoutée.

Dans la musique s’exprime la puissance du charme, qui donne le goût de vivre et d’aimer. […] Être souvent un peu plus exalté que de raison, être heureux sans cause, n’est-ce pas là une douce ébriété que nous devons à la musique ?

Au travers de ses nombreux ouvrages consacrés tant à la philosophie de la musique qu’à ses compositeurs de prédilection, Vladimir Jankélévitch nous incite à écouter, à jouer, à savourer, à aimer.

Le philosophe nous propose une écoute poétique et introspective de Frédéric Chopin et de François Liszt, nous fait découvrir des compositeurs tombés dans l’oubli tels que Chausson, Duparc, Chabrier, Dupont, Déodat de Séverac, évoque cette fleur merveilleuse, cette fleur magique de la culture française que n’a cessé d’être depuis plus d’un siècle la musique française. Il accorde également une place très importante aux compositeurs espagnols et slaves de la même époque.

Lors de deux conférences, Françoise SCHWAB puis Jean-Yves TADIÉ nous entraîneront dans l’univers musical de Vladimir Jankélévitch, dans cet « ailleurs enchanté » qui invite au rêve et à l’indicible.

Une grande dame du piano, Anne QUEFFÉLEC, qui partage notre admiration pour le philosophe, nous fait l’honneur de participer à cette belle aventure initiée en 2017 par l’association Emeraude en Musique sous la houlette d’Emmanuel Mercier, notre directeur artistique.

Gaspard Dehaene, pianiste-concertiste, et les membres du quatuor, Fabien Boudot, premier violon de l’Orchestre symphonique de Bretagne, Nicolaï Tsygankov (violon), Cyril Robert (alto) et Olivier Lacour (violoncelle) nous feront partager leur enthousiasme pour ce répertoire lors de 3 concerts, les 30, 31 mai et le 1er juin 2019.
Concert 1 : Chants de l’aube
Concert 2 : Chants du jour
Concert 3 : Chants de la nuit

Quittons nos côtes l’espace de quelques heures et embarquons vers un « ailleurs » enchanté pour retrouver la joie-éclair d’un instant que procure la musique !