Causerie illustrée : Faust à Dinard…

Faust à Dinard…

Causerie de Jean-Yves Tadié
Avec la participation de :
Fiona McGown, mezzo-soprano – Aymeric Biesemans, baryton – Sarah Jegou-Sageman, violon – Théo Führer, clarinette – Hélène Déchin & Emmanuel Mercier, piano

En 1940, quand le bruit se répand que le gouvernement français pourrait quitter la capitale, Paul Valéry décide de partir pour Dinard avec sa famille, le 23 mai. Ce n’est qu’au début du mois d’août qu’il commence à écrire son Faust. La tentation de se mesurer à l’ampleur de ce projet avait plus d’une fois caressé son esprit mais jusqu’ici, il en était demeuré « aux hésitations et à la crainte d’un travail qu’il fallait considérer comme immense et redoutable. »

Le 30 avril 1932, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de Goethe, Valéry, grand admirateur du poète, prononce un discours en Sorbonne en son honneur. Il voit en lui l’incarnation d’un nouvel humanisme et universalisme, seules garanties d’un nouvel ordre européen.

Valéry décide donc d’écrire un Faust moderne, de le faire réapparaître au monde mais drapé dans un manteau moderne, cette fois dans un décor paisible et pose les questions : Que sont devenus la connaissance, l’amour, la morale et Dieu ?

Le Faust de Valéry écrit ses mémoires : « Ce que j’ai fait, ce que j’ai voulu faire, ce que j’aurais pu faire sont à l’état d’idées également vivantes en moi ; et je me trouve également capable de toutes les aventures que ma mémoire me représente ou que mes biographes me prêtent si généreusement. »

Faust devient un prince des Idées quand soudain un élégant Méphistophélès fait irruption entre Faust et Lust sa secrétaire…

Or la place que Méphistophélès occupait dans le monde a changé…

Concert 2 : Marguerite

Concert 2 : Marguerite

Marie-Josèphe Jude, piano
Fiona McGown, mezzo-soprano
Sarah Jegou-Sageman, violon
Théo Führer, clarinette

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)

Mignon, 75 Nº 1 (J. W. von Goethe)

Kennst du das Land…. [Connais-tu le pays]
Premier des six chants avec accompagnement de piano, Op.75
Composés en 1809 et dédiés à la princesse Caroline von Kinsky

Franz SCHUBERT (1797-1828)

Gretchen am Spinnrade Op.2, D.118 [Marguerite au rouet]
Gretchens Bitte D564 [La complainte de Marguerite]

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)

Sonate pour piano, dite « La Tempête », Op31 n°2 en ré mineur

Largo-Allegro
Adagio
Allegretto

Louis SPOHR (1784-1859)

Meine Ruh ist hin

Richard WAGNER (1813-1883)

Meine Ruh ist hin

Robert SCHUMMAN (1810-1856)

Ach, neige, Du Schmerzenreiche

Carl LOEWE (1796-1869)

Ach, neige, Du Schmerzenreiche

Hugo WOLF (1860-1903)

Ach, neige, Du Schmerzenreiche [Oh, incline Mère des douleurs…]  

Richard WAGNER (1813-1883)

Ach, neige, Du Schmerzenreiche, Melodram’

Hans SOMMER (1837-1922)

Ach, neige, Du Schmerzenreiche

Giuseppe VERDI (1813-1901)

Deh Pietoso oh addolorata

Igor STRAVINSKY (1882-1971)

L’histoire du soldat
Suite tirée du mimodrame et arrangée par le compositeur pour piano, clarinette et violon sur un texte de Charles-Ferdinand Ramuz
Un soldat pauvre vend son âme (représentée par le violon) au Diable contre un livre qui permet de prédire l’avenir…

1. Marche du soldat
2. Le violon du soldat
3. Petit concert
4. Tango / Valse / Ragtime
5. Danse du diable

Aymeric Biesemans, baryton

Jeune baryton Quimpérois de vingt-quatre ans. Il commence le chant à l’âge de quinze ans et s’éprend rapidement de ce mode d’expression permettant d’extérioriser et de partager sa sensibilité à travers un langage universel.

En 2018, il intègre le CNSM de PARIS. Il s’y découvre une passion pour le répertoire allemand grâce au cours de Stephan Genz sur l’interprétation de cette musique, d’un projet autour des Knaben Wunderhorn de Mahler et d’un travail de musique de chambre sur les Goethe Lieder de Wolf dans la classe d’Anne Le Bozec. Son timbre chaleureux et puissant lui offre une aisance pour ce répertoire.

Parmi les rôles interprétés, on peut citer Sarastro dans Les Mystères d’Isis de Lachnith, Morales dans Carmen de Bizet et Pandolphe dans Cendrillon de Massenet. Arrivé finaliste pour le concours Opéra jeunes Espoirs—Raymond Duffaud 2019 et qu’il vient d’entrer dans la nouvelle promotion 5G de l’Opéra Studio Opera Fuoco.

Fiona McGown, mezzo-soprano

« Une voix souple conduite avec élégance et habileté » (Olyrix)
« Le timbre chaud et riche de Fiona McGown fait des merveilles, avec un vibrato ample et expressif sans jamais être opulent, et surtout une diction nette et précise – on entend la poésie ! » (ComposHer)

Fiona McGown commence le chant à 12 ans sur la scène de l’Opéra Bastille au sein du Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris. Après une exigeante formation à la Maîtrise de Radio France et une Licence de Lettres et Arts à Paris VII, elle sort diplômée de la Musikhochschule de Leipzig et du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2017.
Depuis, on a pu l’entendre à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre de Paris pour un hommage à Leonard Bernstein, à l’Opéra de Lille et de Rennes dans Le Nain de Zemlinsky, dans le Pierrot Lunaire de Schoenberg au Théâtre de l’Athénée, en tournée en Inde avec Le Poème Harmonique, au Palazzetto Bru Zane à Venise ainsi qu’à l’Auditorium du Musée du Louvre dans Pulcinella de Stravinsky.

Au cours de la dernière saison, Fiona chante les rôles de Thétys et Victoire dans La Finta Pazza de Sacrati à l’Opéra de Dijon, à l’Opéra Royal de Versailles et au Victoria Hall de Genève (dm : Leonardo Garcia Alarcon / ms : Jean-Yves Ruf). Elle est ensuite Flerida dans Erismena de Cavalli au Grand Théâtre de Luxembourg (dm : Leonardo Garcia Alarcon / ms : Jean Bellorini). Lors de l’édition 2019 du Festival Lyrique d’Aix-en-Provence, Fiona prend part à la mise en scène très remarquée de Romeo Castellucci du Requiem de Mozart.

Elle forme un duo avec la pianiste Célia Oneto Bensaid (Grand Prix du Xème Concours International de mélodie et lied de Gordes) et est régulièrement invitée par le pianiste Adam Laloum à se joindre auprès des instrumentistes les plus brillants de sa génération lors du Festival des Pages Musicales de Lagrasse. Dédicataire et créatrice de plusieurs pièces de la jeune compositrice Camille Pépin, elle chante « Chamber Music » dans un disque paru en février 2019 chez NoMadMusic encensé par la presse (Libération, Le Figaro, France Musique, FFF Télérama, « Choc de l’année » Classica).

Pour commencer l’année 2020, Fiona se fait remarquer en chantant le rôle d’Orphée à l’Opérade Rouen-Normandie dans Orphée et Eurydice de Gluck. Elle interprète ensuite le rôle de Cybèle dans Atys de Lully à Prague sous la direction d’Alexis Kossenko.
Au sortir du confinement, Fiona passe un mois à Aix-en-Provence pour les répétitions d’Innocence, le nouvel opéra de Kaija Saariaho, sous la direction de Susanna Mälkki et la mise en scène de Simon Stone, création qui aura lieu lors de l’édition 2021 du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence.

Théo Führer, clarinette

Theo Führer commence la clarinette au Conservatoire de Meudon à l’âge de 7 ans. Il obtient son Diplôme de fin d’études en 2015 à l’unanimité. L’année suivante il obtient également son Diplôme au Conservatoire de Paris dans la classe de Bruno Martinez à l’unanimité avec les félicitations du jury ; il entre premier nommé à l’unanimité dans la classe de Nicolas Baldeyrou au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Il poursuit actuellement ses études et passera sa Licence d’interprète à la fin de l’année.
Passionné d’orchestre, il a la chance d’avoir pu jouer dans des salles prestigieuses (Philharmonie de Paris, Auditorium de Radio France) avec des orchestres de renom (Opéra de Limoges, Opéra de St Étienne, Orchestre français des jeunes ou l’Orchestre philharmonique de Radio France). Il vient tout juste d’intégrer l’Orchestre de l’armée de l’air en tant que sous-officier musicien.

copyright Patrick Imbert

Jean-Baptiste Doulcet, piano

 » Un diamant à mille facettes «  (Olivier Bellamy, Classica)

 » Une pensée musicale en action, qui va jusqu’à l’essence même des oeuvres (…) Résolument hors normes. «  (Christian Merlin, Le Figaro)

 » Une vision, une conception, servie par une qualité pianistique -toucher, attaques, sens du rebond, justesse des contrastes et des silences- remarquable. «  (France tv info.fr)

Né en 1992, Jean-Baptiste Doulcet est pianiste, improvisateur, compositeur.

Il remporte en 2019 le 4ème prix et le Prix du public du concours Marguerite-Long (présidé par Martha Argerich), ainsi que le Prix Modern Times du concours Clara Haskil 2019 (Président Christian Zacharias).

Jean-Baptiste est aussi lauréat du 2ème prix du 8th Nordic Piano Competition et primé par la Fondation Charles Oulmont.

Considéré comme l’une des étoiles montantes du piano français à l’instar d’Alexandre Kantorow et Rémi Geniet (Classica Magazine), il sort son premier CD enregistré en live lors d’un récital Beethoven/Schumann ainsi que des improvisations (label les Spiriades, 2017). On l’a entendu ces dernières années en France (Pleyel, Gaveau, Cortot, La Roque d’Anthéron, Lisztomania, et en 2020 à la Folle Journée de Nantes et à Nohant), au Danemark, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie, en Chine… Reconnu pour sa pour sa personnalité pianistique tant en soliste que dans sa sensibilité de chambriste (il a joué auprès d’Augustin Dumay, Marc Coppey, le quatuor Hermès, Jérôme Pernoo…), mais aussi pour ses récitals d’improvisation (Festival de Nohant, Aarhus Kammermuzik Festival, Glafsfjordens Festival…), Jean-Baptiste incarne de multiples facettes artistiques.

Après avoir étudié au CNSMdp auprès de Claire Désert (en piano et en musique de chambre), Thierry Escaich et Jean-François Zygel (en improvisation), il travaille aujourd’hui auprès de grands noms de la pédagogie du piano : Julia Mustonen-Dahlkvist avec qui il il se perfectionne depuis maintenant deux ans, Dmitri Bashkirov, Hortense Cartier-Bresson, Epifanio Comis, Alexey Lebedev…

En tant que compositeur, il a écrit non moins d’un vingtaine d’oeuvres pour instruments solistes, musique de chambre ou musique d’ensemble. Le Gewandhaus lui commande un second Quatuor à cordes , créé en 2018 à Leipzig ; la création de son Trio avec piano a lieu au Petit Palais de Paris, et des personnalités telles que Jérôme Pernoo ou Raphaël Pidoux interprètent ses oeuvres. Sa Trilogie de la passion pour ensemble de 12 violoncelles d’après des poèmes de Goethe, est éditée chez Alfonce Productions.

Sarah Jegou-Sageman,violon

Jeune violoniste prometteuse, Sarah Jégou-Sageman se forme à Paris, d’abord au CRR auprès de Larissa Kolos, puis au CNSM avec Boris Garlitsky et Philippe Graffin. Elle étudie depuis cette année à l’académie Baremboin à Berlin avec Mihaela Martin.

À l’occasion de master-classes ou diverses formations de musique de chambre, Sarah reçoit également les conseils de musiciens comme Leonidas Kavakos, Philippe Hersant, Richard Schmoucler, Michel Michalakakos, ou Maria Belooussova.

Passionnée de littérature, elle a par ailleurs suivi une licence de lettres.

Sarah a obtenu plusieurs prix dans des concours français et internationaux: un prix spécial au concours Flame à Paris en 2013, le troisième prix au concours international Arthur Grumiaux en Belgique en février 2016, un prix d’honneur au concours Bellan et le deuxième prix du concours Ginette Neveu en 2017. Elle s’est produite en concert dans le cadre de festivals, comme les Automnales d’Intermezzo à Ville-la-Grand, ou le Cap Ferret Music Festival, notamment en duo avec Caroline Sageman.

En décembre 2016, elle se produit au théâtre de la criée à Marseille lors d’un concert anniversaire pour les 40 ans de Lyrinx, aux côtés des artistes du label. Invitée en sonate et en trio dans le cadre de la saison 2017–18 de Jeunes Talents à Paris, elle joue aussi cette même année en soliste à la Seine musicale à Boulogne lors du concert de clôture de l’académie Jaroussky. Avec l’Euyo (Orchestre européen des jeunes), Sarah se produit en août 2018 dans de prestigieuses salles du continent, comme le Royal Albert Hall de Londres ou le Concertgebouw d’Amsterdam. En mars 2018, elle est soliste avec l’orchestre régional de Normandie pour des concerts à Caen et à Vire. Elle joue également à la Fondation Louis Vuitton à Paris et au Victoria Hall à Genève en quatuor avec l’académie Seji Ozawa, et sous sa direction au festival de Matsumoto au japon.

Après avoir bénéficié pendant trois ans du prêt d’un violon qui fut celui d’Arthur Grumiaux, par la fondation Musique et vin au Clos Vougeot, Sarah Jégou-Sageman joue désormais sur un Vuillaume qui lui est prêté par le Fonds instrumental français.

Marine Chagnon, mezzo-soprano

Diplômée d’une licence mention Très Bien à l’unanimité du Conservatoire National de Paris, Marine Chagnon poursuit actuellement son master dans la classe d’Elène Golgevit.

Passionnée par la pluralité des arts, elle se forme en danse modern-jazz ainsi qu’en art dramatique, et s’applique à toucher à tous les styles musicaux, en autres la musique ancienne.

On a déjà pu voir cette mezzo-soprano sur scène dans Lola de Cavalleria Rusticana, la

Tasse Chinoise et la Chatte de l’Enfant et les Sortilèges au Théâtre du Châtelet (Concert Tôt), Cherubino des Nozze di Figaro, Nancy de Albert Herring, la Troisième Dame de La Flûte Enchantée, la Périchole (rôle-titre) au Théâtre National de Bayonne, Annio dans la Clemenza di Tito au Grand Théâtre de Dijon, …

Dans le répertoire baroque, on a pu l’entendre à l’Opéra de Dijon dans le rôle d’Euridice de l’Orfeo, puis dans Venus du Ballo delle Ingrate sous la direction de Paul Agnew (Arts Florissants) au CNSMDP. Elle est l’alto solo de la Passion selon Saint-Matthieu sous la direction de Jos van Veldhoven à la Cathédrale de Notre-Dame de Paris, puis soprano 2 solo dans les Vêpres de Monteverdi avec l’ensemble La Tempête de Simon-Pierre Bestion (Festival de Noirlac,…)

On a pu l’entendre dans l’émission « Génération France Musique » de Clément Rochefort, aux côtés de Philippe Jaroussky.

Marine a reçu le Prix Jeune Espoir au Concours International de Mâcon en 2018, et le Prix Spécial du Jury du Concours International de Canari (Corse) en août 2019 ; elle est lauréate des académies de Villecroze, Royaumont, Frivolités Parisiennes et Philippe Jaroussky, ainsi que du prix Dauphin de Verna (Fondation de France).

On pourra entendre Marine dans le rôle de Lucilla, La Scala di Seta de Rossini en mars prochain dans une coproduction CNSMDP/Philharmonie de Paris, et dans le rôle de Nicolette de l’Amour des Trois Oranges à l’Opéra de Nancy.

Pour la saison prochaine, Marine sera Zerlina de Don Giovanni sous la direction de C. Diederich, et Belle dans la Belle et la Bête de Philip Glass à l’Opéra de Caen ainsi qu’au Théâtre de l’Athénée.

Emmanuel Reibel

Professeur de musicologie à l’Université Lyon 2 et membre de l’Institut de France, Emmanuel Reibel partage ses activités entre enseignement, recherche et médiation musicale. Auteur de nombreux livres, il a été primé par l’Académie française pour son essai Comment la musique est devenue « romantique », de Rousseau à Berlioz (Fayard). Il est également l’auteur de Faust, la musique au défi du mythe (Fayard).

Marie-Josèphe Jude, piano

Née d’un père français et d’une mère sino-vietnamienne, c’est au Conservatoire de Nice que Marie-Josèphe JUDE commence ses études musicales. Elle y reçoit une double formation, poursuivant parallèlement un cursus en piano et en harpe.

Artiste précoce, elle entre dès l’âge de 13 ans au CNSMD de Lyon en harpe (classe d’Elisabeth Fontan-Binoche) et au CNSMD de Paris en piano dans la classe d’Aldo Ciccolini.

Après avoir obtenu ses premiers prix de piano et de musique de chambre, ainsi que la licence de concert de harpe à l’Ecole Normale de musique de Paris, c’est à Londres qu’elle se rend pour se perfectionner auprès de Maria Curcio-Diamand, grande pédagogue disciple d’Arthur Schnabel.

Elle décide alors de se consacrer exclusivement au piano : elle sera Lauréate du Concours International Clara Haskil de Vevey en 1989 et Victoire de la Musique en 1995.

Sa carrière de soliste la mène dès lors dans les salles et festivals du monde entier, de Montpellier à Bath, de la Roque d’Anthéron à Kuhmo, de Bagatelle à Locarno, elle a collaboré avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre National de Lyon, Les Siècles, l’Orchestre Symphonique de Tours, l’Orchestre de l’Académie Chopin de Varsovie, du BBC Scottish Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Bâle, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, le Brussels Philharmonic Orchestra, le MDR Orchestra à Leipzig et joué sous la direction de J.Märkl, F.Brüggen, C.Dutoit, E.Krivine, F-X.Roth, J.-Y.Ossonce, J.Axelrod, A.Tamayo ou encore K.Weise.

Chambriste confirmée, elle a formé durant de nombreuses années un duo avec Laurent Korcia, et retrouve régulièrement Henri Demarquette, Xavier Phillips, Jean-Marc Phillips, Marc Coppey, Philippe Graffin, Gary Hoffmann, Stéphanie-Marie Degand, Mireille Delunsch…

Elle a également parcouru une très grande partie du répertoire à 2 pianos et 4 mains, en compagnie de Jean-François Heisser, Claire Désert et Michel Béroff.

Enfin, elle a participé à de nombreux spectacles de ballets, partageant la scène avec son frère Charles Jude, danseur étoile et directeur du ballet de Bordeaux.

Son répertoire de prédilection se reflète dans son importante discographie : l’intégrale de l’œuvre pour piano de BRAHMS (dont le dernier volume est prévu pour 2019), Clara SCHUMANN, MENDELSSOHN, BEETHOVEN, CHOPIN, mais aussi Henri DUTILLEUX, Maurice OHANA (qui en avait fait une de ses interprètes favoris) BERG, JOLIVET, LISZT (en duo avec Michel Béroff).

Un enregistrement de la Symphonie Fantastique à deux pianos avec Jean-François Heisser vient de paraître chez Harmonia Mundi. Son prochain disque enregistré avec la flûtiste Raquele Magalhães pour NoMadMusic  sortira au printemps 2020.

Marie-Josèphe JUDE consacre aussi une grande partie de son activité à l’enseignement : après avoir été professeure au CNSMD de LYON durant 4 ans, elle enseigne depuis 2016 au CNSMD de Paris. Par ailleurs, elle fera partie du jury du prochain Concours Marguerite Long  (novembre 2019) qui l’a chargée  tout au long de la saison 18/19 de sélectionner  les futurs candidats dans le monde entier.

Elle est nommée Présidente et directrice artistique de l’Académie Internationale d’été de Nice en octobre 2017.